Chronique d'une cheffe de projet déconnectée dans une agence 3.0 #2 : "Bienvenue à la Villa 95"
Back To Top

Chronique d’une cheffe de projet déconnectée dans une agence 3.0 #2 : “Bienvenue à la Villa 95”

Quand les temps coronesques le permettaient encore, l’équipe de Nonante Cinq est partie une semaine dans les Ardennes belges. Cinq jours dans une maison isolée au fin fond du petit village de Tintigny. Cinq jours pour prendre le temps de discuter, faire le point, se réinventer. Une idée un peu folle (ce qui est presque devenu un pléonasme ici) dont on parlait depuis quelque temps et qu’il nous tardait de concrétiser. Nathan parlait de “faire un camp” : après de nombreuses années de scoutisme, je vous laisse imaginer les images qui me venaient en tête. Loin des nuitées sous tente, de l’absence de réseau et de téléphones de toute façon sans batterie, nous avons élu domicile dans une charmante bâtisse pourvue de trois chambres dont une “suite directoriale”, d’un dortoir et d’une table de salle à manger suffisamment grande pour tous nous réunir. Seule réminiscence de mes camps scouts : le feu de bois, trônant fièrement au milieu du salon. On aurait pu offrir à cette petite semaine d’aventures la dénomination de “team building amélioré” mais on a fini par sobrement la dénommer “la Villa 95”.

Alors, “Bienvenue à la Villa 95” : c’est parti pour une immersion 360 dans notre univers, où vous découvrirez (enfin !) tous nos secrets, astuces et conseils pour réussir à passer en toute quiétude le cap de la vie en communauté avec ses collègues…

Au programme : des brainstormings de toutes les couleurs, des petits déjeuners, dîners et soupers partagés, les petits yeux du matin et les bâillements du soir, quelques parties de Uno avant que les duos de Liégeois et de Tournaisiens ne s’étripent, des réunions de réflexion pour maximiser notre organisation et notre efficacité, des face à face larmoyants avec des oignons, des coups d’accélérateur, de frein et quelques figures dérapées sur un circuit de karting, etc. Bref, des discussions constructives mêlées d’instants du quotidien qu’on ne partage habituellement pas avec ses collègues. J’espère que vous êtes bien accrochés !

Nonante Cinq n’est décidément pas une agence comme les autres (dois-je encore réellement le souligner?). 

J’ai appris que Lucas se levait tous les jours aux aurores, dévorait “La bourse pour les nuls” et était plein de ressources en cuisine, quand il décide de préparer autre chose que des pâtes. J’ai découvert grâce à Yacine la fameuse gare de Liège-Guillemins, le fait qu’il “n’était pas graphiste” et que les kiwis jaunes sont effectivement les meilleurs. J’ai été étonnée d’apprendre que malgré son mètre 90, Darby aimait passer une nuit de temps à autre dans un canapé deux fois plus petit que lui et que sa bienveillance était définitivement sans bornes. J’ai vu Nathan danser sur des sets de techno, j’ai appris qu’il n’avait de cesse d’être au fait de l’actualité puis de la partager et j’ai aussi découvert qu’il n’oubliait pas de goûter les tiramisus quand ils sont préparés sans fraises. J’ai découvert que Youssef adorait le comique de répétition et avait un talent inégalé dans l’imitation des accents ainsi que dans le ravivement de feux de bois en perdition. Maxime nous a tous montré que dire au revoir, c’est aussi dire bonjour et que l’ingrédient le plus important dans une recette, c’est l’amour qu’on transmet dans le plat. 

Ces cinq jours de vie en communauté furent également l’occasion de s’interroger sur le futur de l’agence et sur les valeurs que nous tenions à asseoir, développer ou acquérir pour la façonner à notre image et au visage du monde d’aujourd’hui et de demain. 

“Nonante Cinq, c’est une jeune agence jeune qui se veut être le reflet de la Belgique d’aujourd’hui”. 

Au cœur de notre travail quotidien et au fondement des personnalités dont recèle l’agence, on trouve une volonté d’innovation, une ambition inébranlable, mais aussi de la diversité tant dans les projets que nous menons à bien que dans les profils composant l’équipe, une ouverture d’esprit et vers le monde, et finalement, un lien de confiance tissé avec nos clients auprès desquels nous nous positionnons plus comme des partenaires que des prestataires. À travers l’ensemble de nos discussions, j’ai surtout retenu cette capacité de remise en question perpétuelle, poussant à toujours se surpasser.

Aux chefs d’entreprise qui s’interrogent sur l’opportunité d’organiser ce genre de team buildings : grâce à cette semaine productive et collaborative malgré la période compliquée, l’équipe est résolument tournée vers l’avenir, plus parée et soudée que jamais. Chacun a eu l’opportunité de s’exprimer et de faire le point sur les tâches dont il est en charge. Nous nous sommes fixé des objectifs concrets, à court et à moyen terme, nous avons élaboré une liste de rêves liés de près ou de loin à nos activités au sein de l’agence. Finalement, nous avons pris le temps de regarder le chemin parcouru afin d’en tirer des enseignements et de décider de quelles lueurs teinter l’horizon des opportunités de Nonante Cinq.

Et cet horizon s’annonce plein de promesses inspirantes, novatrices et résolument tournées vers la Belgique d’aujourd’hui et de demain.

Écrit par

Diplômée en droit et prochainement en criminologie mais aussi journaliste en presse écrite, j’ai rejoint l’équipe de Nonante Cinq en tant que cheffe de projet. L’occasion de me familiariser avec le monde de la communication et de prendre part à la gestion de projets ambitieux et inspirants.